Energie: Le Maroc produit le kWh le moins cher au monde!

Energie: Le Maroc produit le kWh le moins cher au monde!

 

Gaz, éolien, hydraulique, solaire, énergie marine, Power to X, efficacité énergétique… Le Maroc peaufine son modèle pour mieux manœuvrer la transition énergétique grâce à la contribution des énergies renouvelables (EnR). L’enjeu est stratégique: faire face à une demande en croissance annuelle de 5% attendue durant les prochaines années et réduire la dépendance énergétique quasi totale (93%) de l’extérieur, vu la prédominance des produits pétroliers dans la balance énergétique.

Plusieurs projets sont en cours pour accélérer ce processus et atteindre les objectifs fixés d’ici 2030 pour produire 52% de l’électricité à partir du renouvelable. «Des objectifs qui seront largement dépassés. Nous tablons sur un taux entre 60 et 70%», affirme un responsable marocain.

Le défi est grand sachant que, jusqu’à présent, le Royaume a une longueur d’avance sur les pays de la région et du continent africain, qu’il doit conserver.  Pour atteindre cet objectif, le Maroc développera une capacité additionnelle de production d’électricité, entre 2016 et 2030, de plus de 10 GW de sources renouvelables dont 4.560 MW solaire, 4.200 MW éolienne et 1.330 MW hydro-électrique.

Pour encourager l’investissement privé dans des projets énergétiques de sources renouvelables, la tutelle a décidé d’amender la loi 13-09 qui permet l’ouverture du marché de la production et de la commercialisation d’électricité au privé. Huit ans après son adoption, le financement ne suit pas malgré cette libéralisation.

Pour rectifier le tir, le ministère de l’Energie a érigé le développement du marché de la moyenne tension (MT) en priorité. La tutelle vient d’ailleurs de soumettre au SGG un texte amendant la loi 13-09. La mesure phare proposée est d’introduire la garantie d’achat d’une partie de la production pour améliorer la banquabilité des projets. Une garantie de l’Etat qui réduirait le risque dans ce secteur boudé par les bailleurs de fonds.

Etat d’avancement

Plusieurs programmes d’énergies renouvelables sont en cours de réalisation. Il s’agit du projet intégré de l’énergie solaire, dont l’objectif est de valoriser le potentiel solaire. Selon la tutelle, soutenue par ses partenaires internationaux, les étapes franchies en matière de développement ont permis l’injection du premier kWh de la centrale solaire Noor I d’une puissance de 160 MW dans le réseau national de transport. Pour Noor II et III, d’une puissance de 350 MW, les travaux de construction ont été lancés le 4 février 2017. Quant à la phase Noor PV I de 170 MW qui comprend la centrale Noor IV d’une capacité de 50 à 70 MW située à Ouarzazate et les projets Noor Laâyoune et Noor Boujdour, d’une capacité totale de 100 MW, l’adjudicataire a été sélectionné et les travaux pour Noor Ouarzazate sont déjà lancés. Par ailleurs, l’appel à manifestation d’intérêt pour le développement de la première phase du complexe solaire Noor Midelt (Noor M I) a également été lancé.
Concernant le programme intégré de l’énergie éolienne porté essentiellement par l’ONEE, plus de 890 MW sont déjà opérationnels, 550 MW en cours de développement, 850 MW sont en phase de réalisation et plus de 2.500 MW seront développés entre 2021 et 2030.

https://www.leconomiste.com

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *